C’est le début d’une nouvelle année, et les enfants ont reçu de nombreux jeux pour Noël, dont ils ne savent pas toujours quoi faire une fois la magie des fêtes passée. Cependant, les jeux ont bien plus d’utilité qu’il n’y paraît. Et qu’il s’agisse de jeux de société, ou de jeux de casino adaptés aux plus petits, jouer présente de nombreux avantages pour nos enfants. 

Un nouvel article dans la revue Pediatrics résume ainsi l’importance de laisser les enfants se défouler et s’amuser en jouant. « Le jeu n’est pas frivole« , insiste à deux reprises le journal. « Il participe à la bonne construction du cerveau. » Les auteurs – Michael Yogman, Andrew Garner, Jeffrey Hutchinson, Kathy Hirsh-Pasek et Roberta Michnick Golinkoff – demandent aux pédiatres de jouer un rôle actif en écrivant une « prescription pour le jeu » pour leurs jeunes patients au cours des deux premières années de leur vie.

«Le jeu est en train de disparaître», explique Hirsh-Pasek, psychologue du développement, professeur à l’Université Temple et chercheur à la Brookings Institution. En ciblant les médecins, explique-t-elle, le journal espère s’appuyer sur le succès d’une initiative d’alphabétisation appelée Reach Out and Read. Ce programme touche près de 5 millions d’enfants chaque année en distribuant des livres pour enfants lors de visites chez le médecin. 

Alors faut-il vraiment prescrire des jeux à nos enfants ? Voici quelques pistes de compréhension sur l’importance de cette activité pour leur développement. 

L'importance de jouer pour le développement de l'enfant

Le jeu est essentiel au développement sain du cerveau.

Afin de croître et de développer des connexions saines, notre cerveau a besoin de ce que l’on appelle le facteur neurotrophique dérivé du cerveau. Cet article cite justement des études montrant les effets bénéfiques d’activités ludiques chez des jeunes rats qui étaient autorisés à se courir après et à se « bagarrer ». Une demi-heure de ce genre de jeu par jour a eu pour résultat de changer l’expression de leurs gènes d’une manière qui a favorisé la production de ce fameux facteur neurotrphique. 

Il est donc sain de permettre aux jeunes enfants de se défouler et de jouer avec leurs camarades afin que leur cerveau puisse se développer sainement. 

Le jeu réduit les risque d’obésité et les maladies associées.

Les tout-petits qui ont de nombreuses occasions de courir, de sauter et de grimper deviennent des enfants physiquement confiants et plus susceptibles d’être des adultes actifs et en bonne santé. 

Une étude citée dans cet article a suivi les enfants d’écoles maternelles situées dans des communes à faible revenu. Les jeunes qui ont eu au moins une heure par jour de jeu en plein air ont montré une amélioration significative de leur indice de masse corporelle. Ceux qui ont passé le plus de temps à l’extérieur étaient 42 % moins susceptibles d’être en surpoids à la fin de l’année. Les corrélations les plus positives étant les plus fortes parmi les enfants qui ont grandi dans les quartiers les moins sûrs.

Le jeu aide les enfants à gérer le stress et même à se remettre d’un traumatisme.

Il s’agit d’un domaine émergent et sur lequel les chercheurs sont actuellement en train de réunir de nombreuses données concordantes. L’article cite des études menées sur des animaux, ainsi qu’une étude menée pendant un an dans un établissement préscolaire. 

Les jeunes enfants ayant un comportement perturbateur ont été assignés à jouer régulièrement, en tête-à-tête avec un enseignant, l’adulte laissant l’enfant prendre les devants. Il s’agit d’une approche permettant à l’enfant de stocker des moments chaleureux et créateurs de liens sociaux. Par rapport à un groupe témoin, les enfants ayant participé à cette étude ont montré un comportement amélioré et une réduction du cortisol, une hormone du stress.

Initier les enfants à des jeux de casino (comme la roulette, le blackjack ou encore le bingo en ligne), sans le facteur argent bien sûr, est aussi un excellent moyen de leur apprendre la gestion de leur stress. L’intervention du hasard, et le fait de ne pas connaître le dénouement d’une partie peut leur apprendre à mieux appréhender l’inconnu et à prendre des décisions de manière réfléchie et sereine. 

Le jeu aide les familles à tisser des liens.

Le jeu est également important pour établir des relations entre les parents ou d’autres soignants et les enfants. Les conversations avec les enfants qui sortent d’une période de jeu sont cruciales pour la bonne construction du cerveau. Et le jeu encourage l’harmonisation émotionnelle (soit se mettre sur la même longueur d’onde que son interlocuteur) ce qui peut à son tour aider les enfants à apprendre à réguler leurs émotions lorsque ils sont frustrés, tristes ou mécontents.